Article paru le 19 juin 2017, dans La Croix (web) :

La santé au travail et la prévention des risques psychosociaux (stress, dépression, violences, suicide…) doivent être un « enjeu national », estime François Cochet, président de la fédération des professionnels du secteur, la FIRPS.

QUESTION: Que recouvrent les risques psychosociaux (RPS) et qui touchent-ils ?

REPONSE: Il y a plus de 20 ans, une partie des problématiques existaient déjà, mais on n’employait pas ce vocabulaire. Le suicide au travail était tabou. Les choses ont été clarifiées par un rapport de 2011 (qui les définit comme « les risques pour la santé mentale, physique et sociale » engendrés notamment « par les conditions d’emploi », NDLR). Ce sont toutes les tensions liées au travail avec différents niveaux de gravité ou de fréquence. Il y a ce qui relève de la souffrance au travail, qui renvoie au manque d’autonomie et de reconnaissance, et des troubles plus graves qui se manifestent par le burn out ou les tentatives de suicide au travail. Le sujet est entré dans le débat public avec les suicides chez Renault et France Télécom il y a une dizaine d’années. Les RPS touchent en priorité les plus âgés, les femmes et les professions les plus qualifiées ainsi que les salariés les plus engagés. Les métiers de la  sécurité, la police, les pompiers, les gardiens de prison sont en première ligne. Les banques et le secteur médico-social sont très concernés. La situation est aussi préoccupante dans la fonction publique territoriale.

Cliquez ici pour lire les réponses de F. COCHET aux questions

  • Quelle est l’ampleur du phénomène ?
  • Comment prévenir les RPS ?