Franceinfo révèle lundi 27 novembre matin, que 24 % des salariés français sont dans un « état d’hyperstress », selon les résultats d’une étude réalisée par le cabinet Stimulus spécialisé en bien-être et santé au travail, entre 2013 et 2017, auprès de 39 entreprises et plus de 32 000 salariés.

Selon l’étude réalisée par le cabinet Stimulus entre 2013 et 2017, les femmes (28 %) sont plus stressées que les hommes (20 %). (MAXPPP)

Près de 24 % des salariés français sont dans un « état d’hyperstress ». Ce niveau de stress trop élevé met leur santé en danger, selon le résultat d’une étude réalisée par le cabinet Stimulus, spécialisé en bien-être et santé au travail, que révèle franceinfo, lundi 27 novembre. La cause principale de ce stress est le travail en lui-même, précise l’étude menée entre 2013 et 2017 par Stimulus auprès de 32 137 salariés travaillant dans 39 entreprises.

Le fait de « devoir traiter des informations complexes et nombreuses » ainsi que le manque de temps sont les principales causes, écrit Stimulus. L’obligation de s’adapter sans cesse et l’impossibilité de prévoir leur travail dans deux ans viennent ensuite. Ces facteurs touchent jusqu’à 88 % de l’échantillon.

Le manque d’autonomie facteur de stress

D’autres facteurs expliquent ce stress, comme le manque d’autonomie, le fait d’être en contact avec des gens impolis ou avoir des personnes au travail qui prennent plaisir à faire souffrir. Cela concerne seulement 15 à 20 % des salariés, mais ces facteurs sont considérés comme sources de stress majeur, selon les auteurs de l’étude.

Il ressort également que les femmes (28 %) sont plus stressées que les hommes (20 %). En revanche, les catégories cadres et non-cadres sont à égalité vis-à-vis de cet état. De leur côté, les seniors sont plus stressés que les jeunes avec une différence de 7 points. Enfin, les secteurs comme la santé, les services et activités financières ainsi que les assurances sont plus touchés. À l’opposé les transports sont épargnés, relève l’étude du cabinet Stimulus.

Par ailleurs, l’étude révèle que 52 % des salariés français présentent un niveau élevé d’anxiété. Ils sont 16 % à avoir « probablement un trouble anxieux », tandis que 29 % présentent même un niveau dépressif élevé et 6 % ont probablement une dépression. En revanche, ces chiffres inquiétants sont à contrebalancer avec le fait qu’un peu plus de la moitié des salariés (51 %) ne connaissent pas le stress au travail.

Source : francetvinfo.fr