De l’importance du sens au quotidien

L’un des malentendus les plus fréquents le long de la chaîne hiérarchique est le décalage entre l’impression des dirigeants d’avoir exprimé le sens et la perception des collaborateurs.

La leçon pour le gouvernement est claire. L’action ne parle pas d’elle-même, tout comme certains résultats. Si les leaders n’explicitent pas le sens, quasi quotidiennement, il n’est pas compris. Il en est de même en entreprise. L’un des malentendus les plus répandus, le long de la chaîne hiérarchique, est le décalage entre l’impression des dirigeants d’avoir exprimé le sens de leurs actions et la perception de leurs collaborateurs de ne pas le connaître.

Plusieurs erreurs sont fréquentes. La première est de penser que parce qu’on a dit quelque chose, tout le monde l’a intégré. La pédagogie, c’est la répétition ; ce qui signifie qu’il faut saisir toute occasion de mettre les choses en perspective. Il ne s’agit pas d’employer à l’envi des éléments de langage ou des formules toutes faites et vides de sens. Il est question de faire le lien entre l’actualité de l’entreprise et le sens de l’action. Par exemple, expliquer en quoi les décisions sont prises avec une même finalité.

L’objectif n’est pas le sens
Autre erreur : penser que les actions parlent d’elles-mêmes. Combien de fois ai-je entendu des dirigeants dire « Tout le monde va comprendre… ». Erreur. Si tout le monde interprète, tout le monde ne comprend pas ce que le dirigeant souhaite. Sauf à ce qu’il soit très explicite.

Enfin, bien souvent il existe une confusion entre le sens et l’objectif . Beaucoup de dirigeants auxquels on parle de sens répètent que « les objectifs étant clairs pour chacun ? la question ne se pose pas ». L’objectif est un but qui peut être dénué de sens pour celui qui cherche à l’atteindre. Faire des économies de coûts est un objectif qui va souvent à l’encontre du sens affirmé par l’entreprise.

Le sens est ce « plus » indispensable. C’est lui qui donne à l’activité quotidienne de chacun une finalité qui le dépasse et dont il peut être fier. C’est un souffle collectif qui inspire. Il fédère, donne à l’entreprise une dimension supérieure et aide à surmonter les innombrables contrariétés du quotidien. Le temps et l’énergie passés à partager et transmettre ce souffle ne sont jamais perdus. Et plus l’entreprise est dans une phase difficile, plus ce temps consacré au sens est utile.

Parue dans Les Echos et les Echos.fr le 05/11/2018

Lire la newsletter complète, cliquez ici.