Opinion par François COCHET, Président de la FIRPS

La prévention des RPS dans le secteur public, un enjeu d’efficacité

Les fonctionnaires sont en charge de notre sécurité, de la formation de nos enfants, des soins aux malades de toutes les générations, d’aider des millions de nos concitoyens à faire face aux difficultés sociales qu’ils rencontrent, de faire vivre les services publics dans tous les territoires. Alors qu’ils sont en première ligne face à la souffrance des usagers, ils sont trop souvent ni soutenus ni écoutés et sont alors en danger. Les consultants de nos cabinets sont les témoins de trop nombreux cas de burn-out, de tensions fortes au sein même des collectifs de travail, parfois d’actes suicidaires, trop souvent d’une lassitude qui conduit au découragement.

Améliorer l’efficacité de la fonction publique en France suppose de remettre la question du travail au centre du jeu. Les fonctions publiques voient se juxtaposer tant des situations de surcharge que de sous-charge de travail, toutes deux à l’origine de souffrances pour les agents concernés. Mais il s’agit aussi de redonner du sens et de la cohérence au travail des agents publics en les associant beaucoup plus qu’aujourd’hui aux nécessaires transformations de leurs missions et des moyens dont ils disposent.

Trop souvent, le management public s’inspire sans discernement des pratiques des entreprises publiques et met en place des organisations du travail basées sur la défiance.

  • Prescriptions détaillées sur comment le travail doit être réalisé.
  • Efficacité recherchée par la juxtaposition de prescriptions individuelles qui négligent totalement les effets possibles de la coordination et de la coopération.
  • Poids des ressources consacrées au contrôle et au reporting.

La fonction publique s’est doté d’un nouveau cadre pour la prévention et a mis en place récemment des CHSCT. Les administrations engagent de premières mesures de prévention mais nombre d’observateurs considèrent qu’ils ne sont pas encore à la mesure des enjeux.