29 03 2016

29/03/16 – La Fédération des intervenants en risques psychosociaux publie des propositions sur la prévention du burn-out

La prévention du burn-out est « une nécessité urgente de santé publique », indique la Firps (Fédération des intervenants en risques psychosociaux), le 29 mars 2016, à l’occasion de la publication d’un guide de bonnes pratiques sur le sujet. La Firps indique mettre « pour la première fois l’accent sur la prévention du burn-out, alors que la question de sa reconnaissance en maladie professionnelle polarise les débats ». Le guide s’appuie sur des expériences des membres de la Fédération. Il montre que « de réels progrès sont possibles » en la matière.

Alors que le député socialiste des Yvelines Benoît Hamon a déposé une proposition de loi portant sur la reconnaissance du burn-out (lire sur AEF), la Firps, acteur de la prévention des risques psychosociaux et du management de la qualité de vie au travail, propose un livret pédagogique sur cette notion et les bonnes pratiques à adopter pour l’ensemble des professionnels en entreprise ou en cabinet, les DRH ou les représentants du personnel au CHSCT.

« Un coût médical, social et économique considérable »

La Firps rappelle que « le burn-out étant avant tout un problème de santé qui a un coût médical, social et économique considérable pour ceux qui en sont victimes, pour leurs employeurs et pour la protection sociale, il était nécessaire d’apporter un éclairage sur la prévention de ce phénomène massif, afin de limiter les risques ». Le guide propose une définition du burn-out, donne une estimation de son coût et détaille ceux qui le paient, et liste trois types d’actions de prévention à mettre en place le plus en amont possible :

La prévention primaire : éviter les contextes favorables au burn-out en optimisant les conditions de travail des salariés, en renforçant le soutien social, la confiance mutuelle, la reconnaissance des efforts, le calibrage adapté de la charge de travail…
La prévention secondaire : repérer les contextes favorables à l’apparition du burn-out pour réagir et trouver le moyen d’interrompre le processus qui conduit au burn-out.
La prévention tertiaire : accompagner la personne en burn-out et créer les conditions de son retour à l’emploi alors que de trop nombreux échecs sont observés.
« C’est avec humilité que nous cherchons à faire avancer le débat et contribuer à partager avec un plus grand nombre le fruit de nos réflexions sur un sujet difficile », souligne le président de la Fédération, François Cochet.

Il s’agit du 4e guide de bonnes pratiques de la Firps, après les « Recommandations sur la question du suicide au travail », publié en mai 2012 ; « La prévention des risques psychosociaux lors des restructurations » datant avril 2013 ; et « Assistance psychologique à distance : comment garantir la confidentialité et la sécurité des personnes et des données ? » (janvier 2015).

La Fédération des intervenants en risques psychosociaux, créée en 2011 et présidée par François Cochet (Secafi), regroupe 18 acteurs de l’accompagnement des risques psychosociaux et du management de la qualité de vie au travail, « réunis autour du partage de valeurs fortes pour l’exercice de leur métier ». Il s’agit des cabinets Absilia, Actems, Axis Mundi, Belledonne RH, Be Positive, Capital Santé, Éléas, IAPR, Icas, Ifas, IME, Isast, JLO Conseil, Pacte Conseil, Psya, Rehalto, Secafi, Stimulus.

 

Sixtine de Villeblanche – AEF

Derniers articles

La FIRPS accueille deux nouveaux cabinets

Article publié le 04/04/22 Alors que la santé mentale au travail n’a jamais autant été au cœur des préoccupations des entreprises et des pouvoirs publics, la Fédération des intervenants en risques psychosociaux (Firps) annonce l’adhésion de 2 nouveaux membres : les...

EnglishFrench