02 02 2021

Gare aux risques psychosociaux

Anxiété, problèmes de sommeil, dépression… le prix payé par les salariés depuis le début de la crise de la Couid-19 est lourd. Dans les entreprises, l’ambiance est morose. Alertés, les DRH tentent de circonscrire comme ils le peuvent les risques psychosociaux, dans des conditions inédites qui compliquent leurs possibilités d’intervention.

Après la crise économique, les la crise économique, les pouvoirs publics redoutent désormais une « troisième vague » de la pandémie… Sur la santé mentale des Français. Selon Santé Publique France, la prévalence des états dépressifs a plus que doublé entre fin septembre et fin novembre. Les niveaux d’anxiété sont anormalement élevés. Sont particulièrement concernés l’ensemble des 18-34 ans; les femmes, les étudiants, mais aussi « les catégories socioprofessionnelles inférieures ». Les problèmes de sommeil touchent les 25- 49 ans. Selon l’inquiétant baromètre du cabinet Empreinte Humaine, un salarié sur deux serait en « détresse psychologique », présentant des symptômes de dépression ou d’épuisement. Un taux record depuis le début de la crise, établi en décembre dernier. « Les salariés fragiles ou fragilisés par l’incertitude de la crise actuelle ont vécu des périodes de décompensations massives sur le plan psychiatrique et sur le plan addictologique avec des reconsommations, des overdoses », notait aussi, en novembre, le cabinet spécialisé dans les addictions, GAE Conseil. 

Difficile, pour les directions, de rester in différentes face à de telles alertes. « Beaucoup de clients, qui n’avaient pas de dispositif d’écoute et de soutien psychologique, en ont mis en place cette année », explique Aude d’Argenlieu, directrice générale de l’Institut d’accompagnement psychologique et de ressources (IAPR). Alors que l’activité de Yogist, un prestataire qui propose du yoga en entreprise, a chuté lors du premier… Lire La suite

Source : Catherine Abou El Khair pour Liaison Sociales

Derniers articles

Le défi du retour des salariés en entreprise

Les employeurs doivent trouver un équilibre entre les nouvelles aspirations des salariés, les contraintes sanitaires et la nécessité de préparer l’avenir . Si les restaurants, les commerces « non essentiels », les musées et autres salles de spectacles pourront à...

EnglishFrench